NEMAUSUS ULM

École de pilotage à Nîmes

Tél. : 06.60.75.02.51

L’histoire de Nîmes

Aux origines, la Romanité

Créée il y a plus de 2 000 ans autour d’une Source divinisée que l’on appellera plus tard Nemausus (située dans les actuels jardins de la Fontaine), Nîmes fut l’une des plus importantes colonies du monde romain. Traversée par la Via Domitia, route qui reliait Rome à l’Espagne, elle était déjà située à un carrefour commercial et culturel de toute première importance.

Nîmes a connu son apogée sous le règne de l’Empereur Auguste. C’est de cette époque que datent les célèbres monuments romains de la ville, parmi les plus beaux et les mieux conservés de l’ancien empire : les Arènes, la Maison carrée, la Tour Magne, l’Aqueduc de Nîmes (Pont du Gard), le Temple de Diane.

Une cité industrieuse riche de son textile

À la fin du Moyen-Âge, Nîmes connaît une activité florissante, surtout grâce au savoir-faire de ses drapiers : ils créent la célèbre toile de Nîmes, prémice du jean « Denim ».

Après avoir connu les violences des guerres de religion (les Protestants sont alors très nombreux dans la cité), Nîmes bénéficie de l’essor de son industrie textile (du travail de la soie notamment). La ville se dote d’hôtels particuliers dont les façades, parfois austères, cachent toujours de superbes cours intérieures.
Au Siècle des Lumières, autour de l’antique source, sont édifiés les vastes et somptueux jardins de la Fontaine, dessinés par Mareschal. Ils sont aujourd’hui classés “Jardins remarquables”.

Au XVIIème siècle, la ville de Nîmes est remplie de manufactures et de marchands qui font le principal commerce de la province pour la draperie et la soie. Les deux branches les plus importantes de l’activité textile sont la draperie et le travail de la soie, qui ont en commun de fournir les petites étoffes qui utilisent les ressources de l’arrière pays et son marché.

L’une des caractéristiques de la fabrique nîmoise est sa capacité d’adaptation, suivant ses matières premières et la faculté d’évoluer en fonction de la demande. Le commerce international va se développer au XVIIIème siècle, favorisé par la politique colonialiste, l’émergence de pays nouveaux, et la diaspora huguenote. La fabrication se diversifie et les échanges sont facilités grâce à l’importation de l’indigo, de la cochenille et du coton, dont l’industrie textile à besoin. Des comptoirs commerciaux s’établissent dans le monde entier, en particulier à Cadix (exportation jusqu’en Amérique du sud) et Gènes (exportation jusqu’en Amérique du nord).

Découvrir l’histoire de Nîmes

Visiter Nîmes et ses monuments

 

ÉCOLE (Brevet de pilote)

Pratique de l’ULM :

Séance de 60 minutes 105€
Carburant inclus

Cours théorique :

Séance de 2 heures 26€